Comment les japonais ont créé le meilleur whisky du monde

et comment il est monté au devant de la scène

Aux yeux de nombreux amateurs de spiritueux, le scotch est au whisky ce que le Champagne est au vin : incontestablement le meilleur. Pourtant, au cours des dernières années, les connaisseurs de whisky sont devenus de plus en plus amoureux des whiskies japonais, dont beaucoup sont similaires aux scotchs single malt dans leurs méthodes et leur composition, mais avec un caractère qui leur est propre.

Pourquoi le meileur whisky du monde est japonais

L'histoire du whisky japonais remonte à un siècle et trouve ses racines dans le Scotch, en particulier. Son pionnier, un Japonais du nom de Masataka Taketsuru, s'est rendu en Écosse en 1918 pour apprendre le métier. Après avoir fait son apprentissage dans trois distilleries, il est retourné au Japon comme maître distillateur pour la société Suntory en 1923, pour finalement commencer la distillation dans sa propre entreprise, qui s'appellera Nikka, en 1936. Aujourd'hui, Nikka et Suntory restent les deux grands noms de l'industrie et conçoivent les meilleurs whiskies.

Mais des décennies se sont écoulées avant que cela ne décolle. La demande de whisky japonais a démarré lorsque certaines bouteilles très prisées ont commencé à être acclamées à l'échelle internationale. En 2001, le Whisky Magazine a décerné au Nikka 10 ans de la distillerie Yoichi le titre de Best of the Best. D'autres récompenses ont suivi, et le spiritueux a encore plus attiré l'attention lorsque le remarquable Suntory Yamazaki Sherry Cask 2013 a battu toutes les autres nations et a été nommé le meilleur whisky du monde par la Bible du Whisky de Jim Murray en 2015.

Le whisky est meilleur que le scotch ? Des spécialistes du monde entier en ont pris note. Les exportations ont explosé, augmentant de plus de 1000% en seulement cinq ans. Les whiskies japonais continuent de régner encore aujourd'hui. Le Taketsuru Pure Malt 17 ans de Nikka remportant le titre de World's Best Blended Malt, et Suntory Hakushu 25 ans d'âge remportant le World's Best Single Malt, lors des World Whiskies Awards 2018.

Pendant ce temps, le whisky japonais a reçu un coup de pouce dans le pays même, en particulier dans le cas de Nikka, grâce à une source inattendue. En 2014, la société de radiodiffusion publique japonaise NHK a lancé la série télévisée Massan. Un feuilleton basé sur l'histoire du fondateur de Nikka, Masataka Taketsuru, et de son épouse Rita, qui a suivi Taketsuru au Japon depuis l'Écosse. Dans les années 1920, les relations interculturelles étaient rares.

La distillerie Yoichi, où se trouve encore la maison historique de Taketsuru et Rita, a attiré près d'un million de visiteurs l'année suivante, même si son emplacement au nord du Japon, à Hokkaido, en faisait un lieu pas très accessible. Situé sur une bande côtière pittoresque, avec le froid de l'air côtier du nord, il rappelle l'Écosse, d'une certaine manière, un climat bien adapté au long vieillissement.

Comme la plupart des whiskies écossais et bien d'autres, Nikka a indiqué sur la plupart de ses bouteilles combien de temps le whisky avait été vieilli. Mais la demande a explosé si rapidement que la production n'a pas pu suivre. Pour des raisons évidentes, le whisky vieilli pendant 15 ans ne peut pas être remplacé du jour au lendemain. Comme les connaisseurs et même les investisseurs du monde entier ont acheté des stocks de whisky japonais, Nikka et d'autres distillateurs ont été forcés d'innover, en mettant sur le marché des whiskies sans indication d'âge qui excellent à leur manière.

Le whisky japonais met une importance particulière sur l'assemblage, en combinant des alcools de différents fûts afin de créer un ensemble complexe. Nikka crée des whiskies à partir de ce qu'elle appelle Key Malts, eux-mêmes des mélanges de whisky qui expriment chacun des saveurs différentes.

C'est cette gamme remarquable qui fait que le whisky japonais est le meileur du monde.

Certains whiskies sont fortement tourbés, d'autres légèrement ou pas du tout ; différentes levures et alambics aident à façonner différentes saveurs, et les fûts donnent leur propre saveur. Avec ces variables, le distillateur a la possibilité d'innover au-delà de l'âge de ses whiskies.

Le respect de la tradition et la mentalité de raffinement de chaque processus à un niveau extrême les a rendus uniques dans le monde d'aujourd'hui. La distillerie Yoichi est l'une des rares distilleries existantes, ou peut-être même la dernière, à distiller avec un feu de charbon direct, car ils apprécient la tradition.

Ce sens de la rigueur est clair dans l'ensemble de la culture des bars japonais : il y a un amour de l'exigence et du cérémonial. Même un high-ball, composé de whisky et de soda, peut témoigner d'un soin extrême. On le retrouve également de la forme et la clarté de la glace du iceball, qui peut même être sculptée à la main, et dans la présentation de la bouteille de whisky au fur et à mesure que la boisson est préparée.

Comme le whisky japonais a décollé, de nombreux bars qui le célèbrent et perpétuent également ce style de barman, en rendant hommage à un esprit qui a méticuleusement fabriqué le meilleur whisky du monde.