Qu'est-ce que le whisky japonais ?

Et pourquoi il a une saveur qui le rend si unique

Le whisky japonais est produit commercialement depuis le début des années 1920, lorsque la distillerie Yamazaki a été construite près de Kyoto. Tout au long du 20e siècle, les whiskies japonais ont été principalement vendus et consommés au Japon, mais ils sont devenus de plus en plus populaires en Europe au cours des dernières années.

Whisky japonais : qu'est-ce qui le rend si différent

Le whisky japonais est plus populaire que jamais. Alors que ses distilleries étaient à l'origine basées sur des connaissances et des compétences importées directement d'Ecosse, elles ne fabriquent pas simplement du whisky au Japon. Il y a beaucoup d'éléments uniques dans leur production, et c'est en partie la raison pour laquelle le monde du whisky le trouve unique et en est si amoureux.

Comment est produit le whisky japonais ?

Les whiskies japonais ont d'abord été distillés de la même façon sur leurs homologues écossais. Le premier maître distillateur de Suntory, Masataka Taketsuru, a étudié en Ecosse et a voulu ramener cette boisson au Japon.

Les whiskies japonais sont donc produits de la même manière, distillés deux fois à l'aide d'alambics.

De nombreuses distilleries utilisent même de l'orge maltée et parfois tourbée importée d'Écosse.

La plupart des grandes distilleries japonaises importent la plupart de leurs ingrédients de l'Écosse, utilisant de l'orge maltée et parfois même de l'orge tourbée.

L'individualité du goût provient des moindres détails du processus de distillation japonais : la source d'eau, la forme des alambics et le type de bois dont sont faits les fûts de vieillissement.

Certains distillateurs utilisent des fûts de bourbon importés, mais d'autres fabriquent les leurs à partir du mizunara, un arbre que l'on ne trouve qu'au Japon et qui ajoute sa propre saveur distincte.

Le whisky japonais a beaucoup de points communs avec les whiskies écossais, plutôt qu'avec les bourbons. Contrairement aux bourbons américains plus sucrés, les whiskies japonais ont tendance à être plus secs, plus fumés et plus poivrés, et se présentent sous forme de single malts ou blend.

Les distillateurs japonais visent le raffinement et non la constance

Le whisky écossais est fait pour avoir le même goût qu'il a toujours eu depuis des siècles. Les distillateurs écossais se concentrent sur la consistance.

Les distillateurs japonais, quant à eux, cherchent plutôt à affiner et à perfectionner, en allant vers des whiskies au goût plus délicat. Les whiskies japonais montrent beaucoup de retenue, beaucoup d'élégance, beaucoup d'attention technique aux détails.

Un film et une publicité

Le whisky japonais fait une apparition importante dans Lost in Translation de 2003. Dans le film, le personnage de Bill Murray, Bob Harris, est un acteur dépassé qui va au Japon pour tourner une publicité pour le whisky Suntory.

Souvenez-vous de la réplique "For relaxing times, make it Suntory time" qui a marqué nos esprits.

Dans la vie réelle, c'est en fait l'acteur Sean Connery qui est apparu dans les publicités de Suntory dans les années 1990.

Une étoile montante de plus en plus difficile à obtenir

Les whiskies japonais sont de plus en plus nombreux à supplanter la domination occidentale.

En 2001, le whisky Yoichi de Nikka a été nommé Best of the Best lors d'une dégustation internationale par Whisky Magazine. Puis, en 2003, Suntory Hibiki 30 ans d’âge a remporté le premier prix à l'International Spirits Challenge et Suntory a continué à gagner des prix à la compétition pour les 11 années suivantes.

En 2012, le Yamazaki 25 ans a remporté le prix du meilleur single malt du monde aux World Whisky Awards. Le Taketsuru 17 ans a également remporté le prix du meilleur malt blend au monde.