Pourquoi le whisky japonais est si cher ?

Et est-ce que cela vaut vraiment le prix ?

L’attrait pour le whisky japonais ne semble pas s'éteindre de sitôt. Alors que les distillateurs japonais recherche toujours la perfection, leur whisky est devenu une catégorie à part entière, imprégnée de saveur, d'histoire et de savoir-faire.

Whisky japonais : pourquoi est-il si cher et vaut-il le prix ?

Au fur et à mesure de l’intérêt grandissant pour le whisky japonais, des questions commencent à se poser. Certaines tournent autour de la production, des arômes et des méthodes de distillation. Une question, cependant, a prévalu au cours des dernières années et a résonné dans le monde entier. Pourquoi les prix du whisky japonais ne cessent-ils d'augmenter ?

Les amoureux du whisky japonais l'achètent, le goûtent, le collectionnent, mais la plupart ne connaissent pas ce qui a fait monter les prix en flèche.

Le prix du japonais est lié à son histoire en dents de scie

La meilleure façon de comprendre la hausse des prix est de regarder le whisky japonais tout au long de son histoire parfois chaotique. De la fin des années 1930 au début des années 1980, la consommation de whisky au Japon a explosée, augmentant chaque année. La population japonaise l'a adopté comme boisson.

Cependant, à la fin des années 1980, les japonais préfèrent des alcools plus légers et distillés à partir de riz. L'essor de la bière a suivi peu de temps après.

Soudain, le whisky a été éclipsé, la consommation a baissée, de nombreuses distilleries ont fermé leurs portes. D'autres ont lutté, réduisant considérablement leur production annuelle.

Cette crise définit à elle seule pourquoi le prix du whisky japonais a grimpé en flèche aujourd'hui.

Pendant la crise du whisky au Japon, les producteurs n'ont pas produit beaucoup de fûts. Nikka, propriétaire des distilleries Yoichi et Miyagikyo, a complètement arrêté la production pendant plusieurs années.

Les années se sont déroulées dans un climat morose pour le whisky au Japon, jusqu'en 2003. Le Suntory's Yamazaki 12 ans d'âge a remporté une médaille d'or au International Spirits Challenge.

Un an plus tard, le « Hibiki 30 ans » de l'entreprise a remporté un trophée dans la même compétition. Le whisky japonais ne s'est pas arrêté depuis.

Avec ces récompenses, la demande au augmentée, et cela ne s’est pas arrêté. En raison de l'effondrement de la consommation des décennies précédentes, les stocks des distilleries ont commencer à être à sec, alors que la demande mondiale augmentait. Le whisky de certaines distilleries fermées, comme Hanyu et Karuizawa, n'était même plus fabriqué.

Des prix record à la spéculation

Le whisky Karuizawa en est un excellent exemple. Fermée au tournant du millénaire, le stock restant a été racheté et le site a finalement été démantelé. L'histoire d'un whisky qui ne sera plus jamais fabriqué, les alambics perdus, tout cela est entré en jeu. Des bouteilles de Karuizawa ont commencé à apparaître aux enchères, chacune d'entre elles poussant encore plus haut les prix. Des centaines de dollars se sont rapidement transformés en milliers.

L'industrie japonaise du whisky a créé un type spécial de collectionneur. Beaucoup d'entre eux sont prêts à tout pour posséder la bouteille qu'ils veulent, et se soucient peu du coût.

Ces bouteilles ne seront jamais ouvertes ou bues, mais conservées et commercialisées dans les années à venir.

Pourquoi ? Parce que c'est impossible que le prix baisse.

Au fur et à mesure que les ventes aux enchères rapportent des gains de plus en plus importants, la rareté de certaines bouteille fait grimper les prix du whisky japonais dans son ensemble. Par exemple un 12 ans d'âge au Japon se vend presque deux fois plus cher qu’un écossais.

Alors que les stocks des grandes distilleries japonaises seront reconstitués d'ici les Jeux Olympiques de 2020, les prix resteront très probablement les mêmes, voire continueront d'augmenter. A travers une histoire de hauts et de bas, le whisky japonais est associé à la rareté, au luxe et à la qualité.

Est-ce que ça en vaut la peine ?

Les bouteilles de whisky japonais, plus rares, sont considérées comme des investissements. Peu de collectionneurs à travers le monde peuvent se permettre d'ouvrir une bouteille de Yamazaki de 50 ans d'âge, et même eux le font probablement avec un pincement au cœur.

La pensée que dans un avenir pas si lointain, une bouteille de 10,000$ se vendra certainement 100,000$ dissuade la plupart des collectionneurs de consommer leurs précieuses bouteilles. Si l'on regarde l'histoire du whisky japonais, c'est une approche compréhensible.

Cette spéculation prive cependant les amateurs de la possibilité de boire un whisky de qualité à un prix abordable.

D'autre part, les rares bouteilles vieillis représentent une partie de l'histoire du Japon. De nombreux fûts ont été remplis juste après la Seconde Guerre mondiale et ont ravivé la passion actuelle au lendemain de la guerre.

Est-ce que ça en vaut la peine ? Cela dépend de ce que le whisky japonais signifie pour vous.